Communication du dossier médical et réquisition

j

Celine Hullin

}

12.03.2020

Dans le cadre d’une procédure pénale, les autorités policières et judiciaires peuvent solliciter auprès d’un établissement de santé ou d’un médecin la communication d’un dossier médical via une réquisition. Cette demande d’éléments médicaux peut intervenir dans différentes situations, à savoir lors :

Il ressort de l’article 60-1 du code de procédure pénale que :

« Le procureur de la République ou l’officier de police judiciaire ou, sous le contrôle de ce dernier, l’agent de police judiciaire peut, par tout moyen, requérir de toute personne, de tout établissement ou organisme privé ou public ou de toute administration publique qui sont susceptibles de détenir des informations intéressant l’enquête, y compris celles issues d’un système informatique ou d’un traitement de données nominatives, de lui remettre ces informations, notamment sous forme numérique, le cas échéant selon des normes fixées par voie réglementaire, sans que puisse lui être opposée, sans motif légitime, l’obligation au secret professionnel. Lorsque les réquisitions concernent des personnes mentionnées aux articles 56-1 à 56-5, la remise des informations ne peut intervenir qu’avec leur accord.

 A l’exception des personnes mentionnées aux articles 56-1 à 56-5, le fait de s’abstenir de répondre à cette réquisition dans les meilleurs délais et s’il y a lieu selon les normes exigées est puni d’une amende de 3 750 euros […] »

Le texte est quasi similaire pour la réquisition prévue dans le cadre d’une enquête préliminaire, l’OPJ devant disposer d’une autorisation du procureur pour effectuer la réquisition.

Ces dispositions prévoient que le secret médical ne permet pas de s’opposer à cette demande.  Toutefois, lorsque les réquisitions concernent un médecin, la remise des documents ne peut intervenir qu’avec son accord, les médecins faisant partis des personnes mentionnées à l’article 56-3 du code de procédure pénale. En cas de réponse favorable du praticien à la réquisition, aucune infraction de violation du secret professionnel ne pourra lui être reprochée.

Dans l’hypothèse où le médecin refuserait de communiquer les documents requis, l’infraction de non réponse à réquisition par le procureur de la république (article 60-1 du code de procédure pénale) ne saurait lui être reprochée. Le Procureur de la République dispose alors de la possibilité d’appréhender le dossier via une perquisition ou d’ouvrir une information permettant au juge d’instruction de réaliser lui-même la perquisition.

En cas de perquisition dans un cabinet de médecin, celle-ci devra être effectuée par un magistrat en présence d’un représentant de l’Ordre des médecins (article 56-3 du code de procédure pénale).

 

 

communication du dossier médical et réquisition

Actualités

Autres Articles

Le médecin associé au sein d’une SELARL répond personnellement de la faute commise dans le cadre de son activité professionnelle, et la société est solidairement responsable avec lui (CA Rouen, 1ère chambre civile, 20 novembre 2019, n°19/01667)

Dans ma pratique d’avocat en droit de la santé, je constate que les praticiens s’interrogent souvent sur leur responsabilité professionnelle en qualité d’associé d’une société d’exercice libéral à responsabilité limitée. L’arrêt du 20 novembre 2019 de la Cour d’appel...

lire plus

Le Conseil d’Etat réaffirme sa position : l’interdiction générale et absolue de la publicité pour les médecins n’est pas conforme au droit européen (CE, 6 novembre 2019, n°416948)

Le Conseil d’Etat vient rappeler, dans son arrêt du 6 novembre 2019, que l’interdiction générale et absolue de la publicité pour les médecins ne peut plus perdurer. La réforme tant attendue dans ce domaine devrait permettre aux médecins de participer pleinement à la société d’information qui est aujourd’hui la nôtre.

lire plus

Besoin d’aide?

Contactez-moi

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *